Le chat noir

Le chat noir

Auteur : Edgar ALLAN POE

Editions : Editions Bibebook

Genre : Nouvelle, Fantastique

Nombre de pages :

4ème de couverture :

Qui donc n’aurait pas lu Le chat noir, demande Baudelaire ?

Un de ces textes qui le décideront à se faire le traducteur d’Edgar Poe, et ont assuré l’immense célébrité de l’Américain.

Célébrité évidemment due à l’implacable cheminement de la nouvelle vers sa fin horrifique.

Le cœur révélateur fait partie de ces histoires où Poe joue délibérément avec le crime, l’horreur, le macabre – et en rit, sardoniquement.

Dans Le masque de la mort rouge, on rit moins.

Mais des trois, on se souvient longtemps.

Mon avis :

Ici, le narrateur nous parle au début de son « amour des animaux ». Il en a possédé de plusieurs espèces différentes : un poisson doré, un chien, des lapins et un petit singe.

Mais l’animal qui l’a le plus marqué était son chat noir. Il le décrit comme remarquablement fort et beau ainsi que doté d’une sagacité merveilleuse.

Son nom était Pluton. Il le considérait comme un camarade.

Mais à cause de l’alcool, il va devenir violent. Que ce soit avec sa femme, ou avec ses animaux. Même avec son chat, auquel,  un soir d’ivresse supplémentaire dût à l’alcool, il va arracher un œil à l’aide de son canif.

Le lendemain, se rendant compte de ce qu’il avait fait, il va ressentir de la culpabilité. Mais ce sentiment ne sera que temporaire. Le fait que le chat le fuit l’irrite au plus haut point.

Voulant commettre un péché, il a alors pendu son chat à un arbre, car il savait que ce chat l’avait aimé et qu’il n’avait rien fait pour faire naître la colère en lui.

Peu de temps après, la présence du chat lui manquait. Il chercha alors un remplacent à celui-ci, et le trouva. Mais celui-ci portait une tâche blanche sur sa poitrine.

De nouveau, la tendresse de ce chat dégouta l’homme qui se retenait à cause de la honte de la battre.

Celui-ci avait également un œil en moins, ce qui irrita alors notre narrateur.

Alors qu’il essaya de tuer le chat d’un coup de hache, sa femme l’en empêcha. C’est donc elle qui a reçu un coup de hache plein de rage dans le crâne.

Il décida donc de l’enterrer dans la cave afin de ne pas attirer le regard des voisins.

Une enquête fût alors menée par rapport à la disparition de la femme. Mais après une première perquisition, la police est revenue, et un étrange cri dans la cave les a menés au corps. Celui de la bête.

Ma note : 12/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :