Goat Mountain

Goat Mountain

Auteur : David VANN

Edition : Gallmeister

Sortie : 4 Septembre 2014

4ème de couverture :

Automne 1978, nord de la Californie. C’est l’ouverture de la chasse sur les 250 hectares du ranch de Goat Mountain où un garçon de onze ans, son père, son grand-père et un ami de la famille se retrouvent comme chaque année pour chasser sur les terres familiales. À leur arrivée, les quatre hommes aperçoivent au loin un braconnier qu’ils observent de la lunette de leur fusil. Le père invite son fils à tenir l’arme et à venir regarder. Et l’irréparable se produit. De cet instant figé découle l’éternité : les instincts primitifs se mesurent aux conséquences à vie, les croyances universelles se heurtent aux résonances des tragédies. Et le parcours initiatique du jeune garçon se poursuivra pendant plusieurs jours, entre chasse au gibier et chasse à l’homme, abandonné à ses instincts sauvages.

Mon avis :

Au long de ce roman, nous allons suivre un jeune garçon de onze ans, son père, son grand-père et un ami de celui-ci pendant leur fameuse chasse annuelle. Mais évidemment cette année-là, tout ne va pas se passer comme prévu. Un homme est tué, non pas par un autre homme, mais par un enfant.

Ce qui peut d’avérer dérangeant, car ce jeune garçon ne ressentira pas le moindre remord, il a tout à fait conscience de ce qu’il a fait.

Ils décident de ne rien dire, de continuer leur chasse. Mais une tension est palpable tout au long du roman, car cela a beau être la famille, tout le monde ne lui veut pas du bien.

Dans ce livre, je n’ai trouvé que quelques passages que je qualifierais d’intéressants. Le ton est très monotone, et l’approche des personnages n’est pas assez exploitée.

Le personnage du garçon de onze ans (voir si je trouve son prénom) est sans réels sentiments, même si l’on voit que c’est ce que l’auteur a voulue retranscrire, ce roman peut paraître « glauque ».

Pourtant, j’aime lire des romans du genre de Stephen King, mais là, scène pouvant heurter la sensibilité à mon goût du moins.

Malgré les points négatifs énumérés précédemment, je vais vous citer les points forts de ce livre.Une très belle description des paysages de Goat Mountain, un grand contraste entre la journée et la nuit, deux ambiances complètement différentes pour un même roman.

Un personnage que l’on évoque non comme un vielle homme, mais comme un monstre, une bête.Le massacre d’une bête semblable à une réelle torture de notre point de vue. La différence entre l’être humain et l’animal, la bête, n’est qu’infime.

Ma note : 13/20

Lien Amazon : GOAT MOUNTAIN

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :